La Favorite

La Favorite 2018

COMMENTAIRES

Animaux tués/maltraités = ZÉRO

Sorte de relecture de Barry Lyndon (avec une teinte d'All about Eve, La Favorite est un film baroque osé. Ma principale réserve se porte sur l'esthétique écrasante et trop artificielle à mon sens. Critique disponible ici pour les curieux : http://thelastpictureshow.o...

Très beau film, gros travail de réalisation (on sent bien l’inspiration Barry Lyndon) et le trio Olivia Colman/Rachel Weisz/Emma Stone est fabuleux.

Film d'époque un peu déjanté......dialogues excellents....3 étoiles...!!!!

Même si le film se déroule au début du XVIIIeme siècle, la réalisation brillante et flamboyante le rend étonnement moderne et dynamique. La musique, les décors somptueux, les dialogues truculents et l'interprétation intelligente de tous les acteurs, Olivia Colman en tête, en font un petit bijou mordant, incisif et truculent. "La favorite" et "Green book" qui sont les grands gagnants de cette édition d'Oscars de l'année en sont les exacts opposés. Les défauts du second sont dans le premier gommés, et c'est définitivement "la favorite" qui aurait dû emporter l'Oscar du meilleur film. Du très bel ouvrage !

Trio d'actrices qui marche à fond (même si je pense que perso au final j'aurais plutôt donné l'oscar à Rachel Weisz qu'à Coleman), photo et décors superbes, mais le tout me laisse quand même une impression un peu creuse, et je n'ai pas accroché à la bande sonore, un peu étrange et souvent trop bruyante (cf l'avis de Scrat 28 plus bas, que je rejoins sur ce point). Une semi-déception, on va dire. 3/5.

Une mise en scène de fort caractère, qui ne plaira pas à tout le monde. Un casting génial et absolument parfait. Une histoire dramatique, aussi cruelle que drôle. Un film méchamment humoristique comme je les aime.

Certains s'indignent de la vulgarité présente dans le film (pour ma part j'ai vu qu'une paire de seins pendant 3 secondes mais bon ). Quand on sait la place que les courtisanes et autres "dames" a la cour prenaient dans la vie d'un roi (ou reine pkoi pas) . Le sexe était omniprésent a cette époque , je dirais meme dans toutes les couches de la société. je pense qu'on est bcp plus coincés a notre époque de ce coté la.

yes, Olivia Colman a son Oscar <3 !!!

On est pas loin du chef d'oeuvre !
un ptit bijou a voir au moins une fois.
4/5.

une pure merveille, les plans sont hallucinants... le jeu des acteurs est d'une justesse... je suis tombé love du film... des oeuvres comme ça j'en redemande.

allez, on prie pour Olivia Colman ce dimanche <3 (le film n'aura pas d'autres Oscars)

La somptuosité de certains plans détourne le stress engendré par d'autres. L'idée est d'accentuer la curiosité par une trame élitiste. Pourtant on échappe pas à un certain ennuis car l'entreprise est téléphonée. Les jeux sont bons et les recherche de crédibilité du quotidien (cuisines) bien amenées. On sent une influence kubrick dans la photo mais les armes employées ne permettent pas de rivaliser avec le maitre. Je ressens ce film comme une curiosité plus que comme une réussite incontestable. Il ne traversera pas le temps.

Y aurait-il vraiment de grands films dans la liste ridicule des oscars de cette année ?

La preuve avec... La Favorite : https://justaword.fr/la-fav...

Un film assez déplaisant sur le fond (les humains ramenés à leur animalité, tout ici étant histoire de rivalité) où les afféteries stylistiques du réalisateur (lentille "fish eye" déformant les images, ralentis) témoignent du mépris dans lequel il tient la cour de la reine Anne, en Grande Bretagne, au début du XVIIIe siècle. Reste trois bonnes actrices et un scénario bien construit. Voir ma critique complète sur mon blog : https://newstrum.wordpress....

Film bizarre dont je ne me souviendrai pas et qui ne m'a pas transporté pour le moins du monde. Mais c'était bien, et c'est ça le plus bizarre.

Une galerie de personnages tres interessante, des plans nocturnes somptueux, une trame narrative simple mais theatrale, un univers restreint et lui aussi renvoyant intensement au theatre et des dialogues savoureux. Voilà le menu de ce film, mon poulain au titre des Oscars 2019, qui aura fort à faire face aux phalanges politiques que sont Blackkklansman ou Vice.

[SPOILERS]
La narration s'attache à l'observation de trois trajectoires formant une harmonie globale coherente : Anne, la reine, Sarah, la premiere favorite, et Abigail, la seconde. Chacune de ces femmes campent un couloir qui leur est propre ; la solitude pour la reine, l'omnipuissance puis la decheance pour Sarah, la misere puis l'inelegance de la parvenue pour Abigail. Certains dialogues donnent les clefs de comprehension de l'histoire, notamment ceux, à la derobée entre la reine et Sarah, mais aussi et surtout ceux entre Sarah et Abigail à l'occasion de feroces seances de tir aux pigeons.

Ma favorite personnelle se retrouve sous les traits de Sarah. Colosse irrefragable dans la premiere partie puis digne dans la chute dans la seconde, le personnage est parfaitement joué, fort bien ecrit, et un modele inspirant. A cote d'elle, la reine est egalement superbe dans ses contorsions pour s'arracher au vide qui l'entourre. Le vide propre au pouvoir, mais aussi le vide de l'epave d'une mere de 17 rejetons decédés.
Enfin le personnage d'Abigail est le moins interessant, en lutte avec une condition materielle et sociale mediocre, elle est naturellement poussé vers un chemin torve au travers duquel on ne s'embarasse d'aucun fardeau lourd comme peuvent l'etre l'honneteté, la fidelité ou l'honneur. Elle est toutefois tres bien joué, ce qui donne un trio infernal et, contrairement à ce que j'ai pu lire, tres humain.

de bons décors...... le film j'ai trouvé des longueurs et aussi des intérêts nuancés, elles sont terribles, il ne fait pas bon séjourner à la cour et une Reine comme Anne, ça fait peur. abigail est parfaitement odieuse et le mieux est qu'elle arrive à ses fins, se montre sous ses meilleurs côtés. Leur parler est énervant, les canards au lieu de chats, c'est juste incroyables et la reine qui fait courir des lapins dans ses appartements, à Versailles, jamais on n'aurait eu ça!!!!! eh oui, c'est le film que je ne regarderai pas deux fois.

le trio d'actrices est formidable mais je trouve Olivia Colman un ton au dessus.
cette rivalité exacerbée montre le ridicule de la situation.
comme scrat28 la musique m'a fatigué à la longue hormis bien sur les jolis morceaux
de classique et comme Otaku je suis assez partagé.

Le genre de film qu'on aime ou qu'on déteste, pour ma part je suis complètement au milieu. Il y a autant de choses qui m'ont plût que de choses justes insupportables.
2,5/5

Le grec fou de The Lobster revient avec un film en costumes... s'est-il assagi ?

Réponse sur Just A Word avec la critique de La Favorite : https://justaword.fr/la-fav...

Un film assez décalé qui fait du bien au cinéma. Une grande réussite, ma critique:
https://www.cinematiccritiq...

je ne comprends pas trop comment a été décrété qu'Olivia Colman serait nommée dans la catégorie meilleure actrice aux Oscars et Emma Stone et Rachel Weizs second rôle... on les voit autant l'une que l'autre, peut-être même qu'Emma Stone l'est plus que les autres... bref.

Vu hier soir. Ce film me laisse un sentiment mitigé. Il faut dire que je n'aime pas spécialement cette époque. Les actrices sont très convaincantes et la photographie du film est une belle réussite. La musique est bien stressante comme il faut pour accentuer le malaise du spectateur. Mais je ne sais pas, le scénario ne m'a guère emballé. Allez un bon 3/5 quand même.

Un film historique qui s'approprie et détourne certains codes du genre
historique, de façon très surprenante! Pour une CRITIQUE complète!
Ça se passe ICI 👉https://youtu.be/vqOQy16W6jQ

Après nous avoir paralysé avec Mise à Mort du Cerf Sacré, le cinéaste grec Yórgos Lánthimos revient avec LA FAVORITE, une œuvre aussi cruelle que raffinée, explorant la toxicité des rapports humains dans l’Angleterre du XVIIIe siècle. God Save The Queen ?

Lire la critique complète : https://www.leblogducinema....

les "10 nominations aux oscars dont meilleur film" sur l'affiche je l'aurai fait encore plus gros, on le voit pas assez. D'ailleurs j'aurai même enlevé le titre du film et l'image au milieu, a quoi ca sert après tout ? J'aurai plutot mis en gros toutes les nominations aux golden globes, aux cesars et au british academy film awards (que le film n'a pas encore reçu), un "produit par le frère du scénariste de star wars et lala land" et un commentaire de james cameron disant que c'est le meilleur film de l'année. Et peut être que là s'il reste de la place on pourrait y glisser le titre du film....

j'ai adoré, tout simplement superbe

Après les très âpres et crépusculaires, "The Lobster" et "The Killing of A Sacred Deer", Yorgos Lanthimos revient avec un film d'époque tout simplement unique
Fort de plusieurs nominations et récompenses (Mostra de Venis Golden Globes et Oscars entre autre), "The Favourite" place son action en 1708 lors de la Guerre de la Succession d'Espagne, en plein conflit entre l'Angleterre et la France.

Écrit il y a 20 ans par Deborah Davis, le film nous conte l'histoire de la Reine Anne Morley (une Olivia Colman impériale qui livre tout simplement la meilleure performance de sa carrière) dans un triangle affectivo-toxique avec 2 femmes de cour :
d'un côté Abigail Masham, jeune domestique forte et ambitieuse tombée en disgrâce (interprétée par la superbe Emma Stone, qui manie l'accent british avec un flegme déconcertant), de l'autre la Duchesse Sarah Churchill (Rachel Weisz, également excellente), la confidente de la reine et femme de pouvoir autoritaire.

De ce canevas et cette "histoire à peu près vraie", s'ensuit un récit tout simplement jubilatoire et osé, entre Barry Lyndon, Liaisons Dangereuses, Phantom Thread et The Lobster.

Une histoire qui mêle le classique et l'absurde, pour un résultat détonnant.
Sous ses airs de biopic historique, le cinéaste grec apporte un ton résolument barré et méchant à l'ensemble à coups de jeux de pouvoir, manipulation affective et sexuelle, franchissement des diverses strates sociales, menaces toxiques...

Ce qui frappe d'entrée de jeu est également le soin formel tout particulier (voire expérimental), via une photographie de Robbie Ryan (Fish Tank, American Honey) composant de véritables tableaux classiques, ou la mise en scène de toute beauté, à coups de grands angles, de fish-eye et d'autres inspirations Kubrickiennes.
Les dialogues sont ciselés et les diverses saillies burlesques, alliés à un humour noir et ravageur confèrent à l'ensemble un charme indéniable, où le grotesque se mêle à l'anachronisme avec une aisance qui force au respect.

Ajoutons à cela une musique baroque et anxiogène, des décors et costumes fabuleux... c'est toute la fabrication du long-métrage qui est une prouesse. Mais au-delà de ça, "The Favourite" est surtout porté par un trio d'actrices fabuleux et inoubliable (les joutes verbales et jeux de dupes entre Stone et Weisz méritent à eux seuls le visionnage, ainsi que toutes les scènes où Olivia Colman interprète son personnage de manière délurée, malgré le caractère écorché de la Reine, en proie au chagrin et la maladie) où chaque sourire est une façade au sein d'un jeu de manipulation vénéneux et grandissant qui va de plus en plus loin.
Il existe un décalage savoureux entre la sobriété quasi austère voulue de l'époque et les diverses mœurs, notamment la condition de la femme. Et tel un pamphlet féministe, le film dresse un vrai portrait de femmes fortes, tirant les ficelles du pouvoir par des moyens détournés, souvent au dépens de la gente masculine (Joe Alwyn et Nicholas Hoult sont également de très bons atouts au casting).

En définitive, The Favourite est un film mordant, jouissif, brillant, unique.
Du grand cinéma donc, une tragédie grecque qui confine au chef-d'oeuvre.

9.5/10 donc 5/5

Emma Stone et Rachel Weisz sont les reines de la fourberie ! 4/5

Le réalisateur Yórgos Lánthimos, en alternant habilement l’humour et le drame noir avec des dialogues ciselés et colorés, donne à son récit un ton qui rappelle bien entendu le(s) monument(s) du genre, comme Les Liaisons dangereuses. La Favorite ne démérite pas sa présence aux Oscars et permet aux cinéphiles de commencer l’année en beauté, aux côtés d'Emme Stone, Olivia Coleman et Rachel Weisz avec des rôles écrits à la mesure de leur talent !


https://linfotoutcourt.com/...

J’aime les films qui se passent au 19 eme,18eme 17 eme et au 20eme siècle surtout ces siècles où il y avait autre chose à faire, j’aime voir la mode de
ces dames en costume d’époque mieux que l’époque que l’on vit maintenant

Notre favori(te) aux Oscars : http://www.lebleudumiroir.f...

je croyais que le réalisateur avait été mis à mort pour son dernier film ...

Vu l'avalanche de nominations, je m'attendais à quelque chose d'exceptionnel, et c'est le cas - mais pas dans le bon sens du terme. The Favourite est une sorte d'étude de caractères, à la fois précise (excellemment jouée, il faut le reconnaître) et extrêmement caricaturale et parfois grossière, outrancière (dans le sens d'une bouffonnerie). C'est aussi une sorte de comédie, mais qui ne fera rire que les adeptes d'un type d'humour mi-absurde, mi-gentillet. Dans la séance où j'étais, les personnes âgées riaient beaucoup; pour ma part j'ai souri de temps à autres mais plutôt par consternation devant la stupidité de certaines scènes. Techniquement et artistiquement, ce film m'a également déplu: si les décors et costumes sont fastueux, plus de la moitié est filmée en caméra grand angle, qui donne un aspect furieusement cheap/téléfilm/artificiel (choisissez). En outre, la musique originale (je ne parle évidemment pas des morceaux classiques, très bien choisis) est une horreur absolue qui m'a presque fait me boucher les oreilles pendant certaines scènes (imaginez une simple note jouée au violon suivie du bruit d'un petit coup sec sur une table, et cela en boucle pendant plusieurs minutes sans la moindre variation). Je pourrais en parler longuement, mais vous l'avez compris: The Favourite est un film d'auteur expérimental et délirant destiné à un public cible extrêmement réduit. Si vous aimez ce style, tant mieux pour vous. Les autres: méfiez-vous et ne vous fiez pas à toutes ces récompenses. 2/5

J'ai eu la chance de découvrir le film il y a quelques semaines et ce sera sûrement un de mes films préférés pour l'année 2019. Déjà Lanthimos ose réalisé un biopic iconoclaste, en avouant la part fictionnelle dans sa mise en scène, mais il le fait avec un faste génial, et avec des comédiennes fabuleuses. C'est souvent jubilatoire malgré des tenants et aboutissants tristes : c'est le sort d'une nation qui se joue en arrière-plan de cette bataille pour le pouvoir.
A ne pas rater !
Ma critique : http://www.silence-action.c...

Olivia Colman a son Golden !

prochaine étape : les Oscars !

Le dernier Yórgos Lánthimos, The Favourite est un portrait visuellement somptueux,intelligent moralement repoussant et extrêmement drôle du pouvoir politique qui se concentre autour de la cupidité, du narcissisme et de la peur de ses participants.Ce drame délicieusement machiavélique n'offre pas d'horreurs comparables à celles de The Lobster ou de The Killing of a Sacred Deer, mais la misanthropie créative et la cruauté de l'orchestre sont tout aussi frappantes. C'est une pièce d'époque acerbe mettant en scène trois des meilleures performances féminines de l'année, notamment une Olivia Colman toujours brillante, n'a jamais semblé plus divine.Une bande-son baroque du XVIIIe siècle, des dialogues brillants et fragiles, trois performances féminines magistrales dignes des Oscars et un décor de la cour anglaise de la reine Anne, suffisent à faire de ce film un triomphe absolu !! Un chef d'oeuvre ! Lanthimos ne déçoit pas!

The Favourite : 5/5

Tellement hâte .

content de toutes ces nominations aux Golden Globes :

meilleur film
meilleur script
et les 3 actrices nominées chacune ^^

Lanthimos est enfin reconnu après Cannes il y a 4 ans !

Loading...