Divines

Divines 2016

COMMENTAIRES

Le film ne manque pas d'une énergie assez communicative, mais soyons clairs : il ne repose sur absolument rien d'autre que sur son actrice principale.
Alors Oulaya Amamra est une véritable pépite, c'est certain : généreuse, incandescente, explosive, elle crève littéralement l'écran.
Mais bon, personnellement j'aurais préféré avoir, en plus, un vrai film...
Malgré tout, ça se laisse voir sans déplaisir, avec même quelques moments plutôt réussis, lorsque le film aborde l'intime de ces existences dévastées.

j ai trop aimer ce film bien jouer bravo à l actrice ton père doit être fier de toi

émotion lors des césars une histoire d amour trop rapide a mon goût. .. la violence est présenté mais c la société l interprétation des pompiers qui attendre l ordre de la police peu avant la fin m a laisser sans voix c est totalement ça dans la réalité bravo

Vous avez peut-être entendu parler lors du festival de Cannes de ce film qui a fait sensation avec le prix de la caméra d’or (prix remis au meilleur premier film parmi plusieurs sélectionnés dans diverses compétitions du festival). Le premier long métrage de Houda Benyamina s’annonce donc comme une petite bombe du cinéma français. Pour ce premier film également pour les comédiens, les superlatifs qu’on lit sur les affiches ne mentent pas, et n’exagèrent encore moins. Dans ce drame émouvant, Dounia, jeune lycéenne en BEP accueil vivant dans un bidonville avec sa famille a soif de richesse et d’ascension. Epaulée par sa meilleure amie, elle va suivre Rebecca, la dealeuse du quartier en tombant également sous le charme d’un jeune danseur.DIVINES est sans doute le drame émouvant, touchant et fort de l’année 2016 du cinéma Français

le centième film français sur des wesh qui font leurs kéké parle de valeur de respect de fierté alors qu'il vole deale couche bravo encore un super film français ^^

C'est film était très intéressant parce qu'il montrait une problématique sociale. Les images et la photographie sont vivantes. La musique que nous écoutons dans le film e est très originelle. Je trouve que comme tout les films français, il y a beaucoup de drame et exagération. Le dénouement est inattendu et triste, mais c'est bien parce qu'il reflet la réalité fidèlement. Je recommande pour voir avec les étudiantes à l'école pour les sensibiliser sur les risques de la vie criminelle.

Bien que certains faits peuvent sembler non convaincants dans la manière dont ils sont présentés, je pense cependant que le propos du film est clairement abouti. Intelligent, il touche les points sensibles qu'il voulait mettre en avant en nous plongeant dans la tête d'une jeune fille qui rêve de mieux que la misère qui l'entoure, qui cherche à s'envoler même si pour cela elle doit affronter le danger. La mentalité mise en scène ainsi que le déroulement des événements imposent une réflexion profonde, obligent à nous demander ce que nous ferions à la place de ce personnage.
Alors je ne suis pas d'accord lorsque l'on dit que l'oeuvre est surfaite. Le film présente la réalité, de manière parfois maladroite à certains moments, mais en gardant cette même hargne qui vise à nous faire nous interroger sur le sujet exposé.
Un film dont il fallait oser la réalisation, intelligent et d'une certaine puissance.

Surfait !! Les deux principales actrices sont parfaites mais le Film est plus que maladroit et bourré de clichés !

Un bon navet comme on n'en a pas vu depuis longtemps, une compilation des scènes ratées et gênantes de tous les films sur la banlieue sortis depuis 20 ans. A éviter...

Un ramassi de clichés mélangé à d'irréalistes fantasmes surenchéris qui participent encore à l'accentuation d'un clivage déjà existant. Comme si on avait besoin de ca en ce moment. On en rigole même tellement les scènes deviennent de plus en plus grotesques. Néanmoins la jeune actrice principale joue très bien son rôle qui lui va à merveille... Je reste sans voix que ce film puisse recevoir de si bonnes critiques cinéphiles publiques, il faudra qu'on m'explique comment celles ci ont pu être attribuées de manière impartiale et objective.

Banlieu = religions communautaires et drogues ? Mince je pensais que c'était tout mignon dedans

Fort... avec une fin à couper le souffle...tristement réaliste...5/5, il n'y a rien d'autre à ajouter. César du meilleur espoir féminin sans aucun doute.. une évidence même. Regardez le et même si les premiers instants font vaguement penser à une comédie 'de cité', il grimpe.. crescendo... jusqu'à toucher les cieux du grand cinéma. Bravo.

Bof...Gros moyens déployés pour Divines qui n'en perd pas une pour se prendre pour un film hollywoodien tout le long, façon Scorsese et De Palma, la manière clipesque en plus. Pourquoi pas, mais...

Ça commence avec un semblant de bonne idée (l'imagerie Snapchat intégrée au générique nous présente les deux héroïnes, à la manière d'un naturalisme 2.0) et une exposition plutôt classique (l'école c'est chiant, c'est pas la hauteur de mes rêves et ma famille est à chier). C'est très bien interprété (les deux gamines sont géniales, la troisième actrice Jisca Kalvanda est bien aussi), mais ça veut tellement en mettre plein la vue que le film devient insupportablement pompeux. Et que je te balance de la musique classique à tout va pour te faire chialer et intensifier mes images pop (l'utilisation du Requiem de Mozart est ridicule), et que je te bombarde de malheurs chaque fois plus terribles pour montrer à quel point la vie en cité est misérable et une impasse (la fin est un retournement de situation complaisant qui vient servir ce propos).

Il y a quand même une belle énergie dans le film, surtout portée par ses actrices, et une grande générosité tout le long. Le problème de Houda Benyamina c'est qu'elle filme ses héroïnes sans jamais sortir de cet imaginaire qui les fait rêver ("money money money"), le faste et le somptueux capitaliste. Il y a des maladresses, cette volonté de ne jamais sortir du film de cité balisé, et oser autre chose. Du vu et déjà vu ici et là (après l'ascension viendra la chute, mais pourquoi toujours suivre ces chemins tout tracés?). Quelques escapades sensuelles avec le danseur essayent d'aérer l'histoire, mais la tirent malheureusement vers le bas: on ressent aucune passion, aucun érotisme, si ce n'est les muscles en mouvement de ce personnage qui aurait mérité un peu plus. Bref, un ratage en ce qui me concerne.

Je retiens une très belle scène quand même: un plan séquence en ferrari imaginaire avec les deux héroïnes, où l'enfance persiste encore jusque dans les rêves adolescents.

Apres 10 min j'en pouvais deja plus de l'heroine principale , le classic numéro de "moi je" "moi je veux etre riche et respecté" m'a rendu l’héroïne insupportable, son clash avec la prof avec la mauvaise foi provocante c’était éprouvant ! heureusement par la suite elle est un peu plus attachante : tantot pénible tantot sympa, ça varie vraiment.
je trouve la moral de la fin vraiment ironique avec les pompiers.....

Film extrêmement réaliste. La jeune Oulaya Amamra joue à la perfection.

Un chef d'œuvre, bravo 👏🏻👏🏻👏🏻

Magnifique.

Pourri j'ai tenu 20mn

force est de reconnaître une très belle maitrise de réalisation de la part de Houda Benyamina et rares sont les premiers films aussi exempts de défauts. Stylistique, allégorie, rythme, direction d'acteurs, autant de qualités à mettre au crédit de ce 'Divines". Concernant le fond, on navigue de nouveau dans le sordide des jeunes de banlieue dont le rêve d'argent ne peut se formaliser que par la vente de stupéfiants, de succession de scènes de violence, d'agression physique et d'insultes, de vol, de sexisme...
Peu de place ici à une rédemption, un désir de mieux vivre, tirant hélas toujours le film vers le bas et le manque d'empathie. A noter les très belles scènes de danse comme la présence prometteuse du jeune acteur Kevin Mischel, véritable espoir de ce film dans un environnement si sombre que le spectateur à respirer.

Sur la forme, la trame ressemble à pas mal de film se déroulant dans une cité avec des personnes qui veulent se faire de l'argent facilement sauf qu'ici, ce sont des personnages féminins qui sont au centre de l'intrigue ce qui au fond change beaucoup de choses. En fait, c'est comme si tout était inversé, il y a beaucoup moins de violence, les clichés sont moins présents voir tournés en dérision comme quand on voit la gérante du réseau avec son toyboy ou dans une moindre mesure la relation amoureuse qui est montrée d'un angle différent. En parlant de ça, on pourrait penser au film "Bande de filles" seulement "Divines" est largement au-dessus à tous les niveaux. Une sorte de chronique sociale sur fond de thriller durant laquelle on passe d'un moment léger et amusant à quelque chose de beaucoup plus lourd et intense sans oublier les moments de grâce lors des scènes quand les milieux de la rue et de la danse ne font plus qu'un. "Divines" est maitrisé de bout en bout, c'est comme regarder un condensé de scènes très fortes sans qu'il y ait le moindre temps mort dans une histoire simple, mais efficace et touchante qui est bonifiée par une superbe mise en scène. Le film est excellent, mais c'est surtout la performance d'Oulaya Amamra qui m'a marqué, elle est extraordinaire et incarne à merveille un personnage qui évolue sans cesse en passant de jeune fille à femme ou de caïd sans peur à simplement amie qui prend soin des autres. 4/5

J'aurais tant aimé que les 2 copines de ce film finissent comme dans le film coréen "Mademoiselle" et fassent les mêmes galipettes… Huuummm… Délicieux.

Une tragédie des temps moderne, ce film est un vrai coup de poing, mais dans nos sentiments !
A la fois réaliste et violent, puis lyrique et rempli de poésie, a la fois une histoire d'amitié, d'amour et d'injustice, Divines est un coup de maître !
Les jeunes actrices sont vraiment extraordinaire, et belles, j'ai passé un très très bon moment de cinéma...
Caméra d'or vraiment méritée, voire quelques César... ? (Meilleur Espoir Féminin serait plus que mérité...)

waw j'ai adorer

Ce film est magnifique. Entier, vrai et juste. Les deux comédiennes nous font frissonner.

Un très beau film bien que triste par son sujet.

l image, la musique, la danse contribuent à nous faire entrer dans l'histoire et les larmes qui viennent à la fin sont liberatrices

Critique emballé de ce "divin clito" à lire ici : https://filmexposure.ch/201...
Extrait : De nombreuses critiques évoquent l’idée d’un film organique. Divines est effectivement doté d’un souffle de vie qui lui est propre. Tantôt nerveux, tantôt apaisé, le montage épouse et souligne chaque scène, transportant le spectateur dans un corps qui pourrait être celui de Dounia. Qu’elle soit heureuse, en colère, hors d’haleine ou atterrée, le rythme du film évolue, transfusant un flux ininterrompu d’émotions au spectateur. De la même manière, Houda Benyamina jongle entre les genres, nous entraîne du côté du drame social puis du conte de fées, avant de plonger sans retenue dans la violence d’un film d’action pour remonter du côté de la comédie en jetant ça et là quelques répliques gratinées, de la trempe de « T’as du clitoris, ça me plaît » ou « Il t’a regardée comme un Big Mac en plein Ramadan ». Pris dans ce mouvement perpétuel, Divines ne cesse de surprendre, tout en suivant religieusement une structure en trois actes, qui pourraient être nommés ainsi : l’ascension, la consécration et la rédemption de Dounia.

Loading...