YAO

YAO 2018

COMMENTAIRES

C'est touchant, un évadé fiscal qui produit un film sur la misère au Sénégal. Surtout quand on sait que tous ces gens maquillent auprès de la collecte des impôt environ 7000 milliards de dollars. Quand on met en parallèle avec les 800 millions de personnes qui ne mangent pas à leur faim sur la planète, il faudrait 260 milliards pour éradiquer la famine dans le monde. Si ces gens respectaient le prélèvement à la source, on aurait les moyens d'éradiquer la famine dans le monde 30 fois.

Mais non, protégons les plutôt. laissons les entre copains faire la leçon de morale au sans dents, du haut de leur tour d'ivoire confortablement installés à Los Angeles. C'est tellement plus simple.

"le réalisateur et Agnès De Sacy ont écrit le rôle de Seydou spécialement pour Omar Sy." Quelle chance il a, Omar Sy, d'avoir des amis qui créent des rôles exprès pour lui. Tant d'autres comédiens doivent faire l'effort de jouer, de s'adapter à un rôle. Là, c'est le contraire qui se passe. Ce n'est pas Mahomet qui vient à la montagne, c'est la montagne qui vient à Mahomet ! ;-)

le Sénégal superbe pays d'Afrique de l'ouest et un retour au source
pour Seydou Tall qui lors de ce road moovie va se lier d'amitié avec un petit garçon fugueur.
des paysages superbes, des arbres majestueux et une population pleine de vie et d'espoir.

C’est un petit voyage cliché en Afrique mais rien de plus. Un scénario très creux. C’est à la la limite un téléfilm mais sûrement pas un film de cinéma.
Pour ceux qui paient leur place, allez plutôt voir Green book, vous en aurez pour votre argent.

hyper condescendant ..

Seydou Tall est vraiment un bounty dans ce film!

Si Yao aurait pu être un film plus que passable, par son traitement sincère et ses bons sentiments vis-à-vis de ses thèmes, il souffre de cruels défauts. On pourrait parler de la réalisation de Philippe Godeau très simplette mais dans la mesure où le réalisateur est surtout producteur, on s'en passera.

Parlons donc des acteurs pour commencer : Omar Sy, malgré son capital sympathie, n'est pas du tout "présent" dans le film. On dirait qu'il n'en a rien à faire et les pseudos scènes d'émotion paraissent artificielles, fausses, en tout cas pour la plupart. Un comble, quand on voit les similitudes entre le personnage de Seydou et l'histoire personnelle d'Omar qui se font vraiment écho.

Plusieurs choses intéressantes sont proposées dans ce film mais à chaque fois elles sont éclipsées sans aller plus loin. La présence de Fatoumata Diawara, musicienne qui commence à s'imposer en Occident était-elle nécessaire ? Elle ne sert quasiment à rien dans l'intrigue et quand quelque chose se crée, elle disparaît du film... Parlons également de la relation entre Seydou et son fils resté en France. Le film consacre un moment à parler du cahier où Yao raconte ses aventures avec Seydou, cahier qu'il veut envoyer au fils de son idole. . Cela n'a pas d'intérêt puisque l'on ne voit jamais les conséquences de cet objet sur le personnage. De même que l'on ne voit jamais les conséquences du voyage de Seydou sur le personnage puisque le film s'arrête sur son départ. Pourquoi installer tout cela si ça n'a pas d'incidence sur le parcours du personnage principal ?

Malgré cela le film a quelques qualités : des passages arrivent à tirer leur épingle du jeu : les échanges entre Yao et Seydou dans la seconde moitié du film, celui entre Seydou et la grand-mère notamment. Il faut également parler de la bande originale du film plutôt de bonne composition (avec M et Fatoumata Diawara, c'était difficile de faire quelque chose de trop mauvais).

Bref, on peut pas dire que Yao soit particulièrement mauvais mais il reste trop moyen pour qu'on y prête vraiment attention. Il faut davantage le voir comme un portrait du Sénégal par Philippe Godeau, de celui que l'on s'imagine avec ses habituels clichés et ses paysages, pas celui du chef d'oeuvre émotionnel et artistique.

Un scénario d'une linéarité très banale (le thème un peu ressassé du voyage adulte/enfant). Omar Sy y montre ses limites de comédien (aucune diversité d'expression). Un jeune acteur sympathique mais dont le dialogue aurait gagné à être plus sous-titré, tant il est parfois difficile à comprendre. Le voyage n'est pas désagréable mais on est pressé d'arriver, d'autant plus qu'on connaît la fin dès le début.

"Si le voyage est riche de découvertes, il s’étire en longueur. L’authenticité des paysages, l’émotion de certaines scènes et les valeurs transmises préservent toutefois ce beau message d’éternité."

Lire notre critique complète : https://www.leblogducinema....

je m attendais pas du tout à ce genre de film mais franchement je ne suis pas déçu pour autant ... une immersion sénégalaise comme si j y étais... une touche de soleil incroyable ...

Mon futur film préféré de Omar Sy, assurément !

Loading...