Glass

Glass 2019

Peu de temps après les événements relatés dans Split, David Dunn - l’homme incassable - poursuit sa traque de La Bête, surnom donné à Kevin Crumb depuis qu’on le sait capable d’endosser 23 personnalités différentes. De son côté, le mystérieux homme souffrant du syndrome des os de verre Elijah Price suscite à nouveau l’intérêt des forces de l’ordre en affirmant détenir des informations capitales sur les deux hommes…

COMMENTAIRES

Vu ce soir. Ayant apprécié incassable et split j’étais curieux de voire de quelle manière le réalisateur réussirait à allier les deux univers au sein d’un même film. Pari réussi, tant l’alchimie entre les trois protagonistes principaux fait des étincelles. Rien n’est laissé au hasard et l’histoire est dévoilée de manière parcimonieuse pour laisser planer le suspense, le tout servi par des effets spéciaux saisissants !

Anti spectaculaire, plusieurs niveaux de lecture , critique acerbes des psy et des sectes secrètes de ce monde .. ça prend une dimension incroyable et jouissive au milieu du film .. shyami nous déconcerte avec un final qui ne plaira pas à tout le monde et tant mieux car c est brillant, philosophique, tellurique, les acteurs dont tous excellents, tout ne peut être parfait car l attente à été très longue mais.le réal nous demande de digérer lentement mais sûrement, pour moi il manque 1 ou 2 brèves scènes lourdes mais c est tout, Pas déçu quelle mise en scène bravo

Très mitigé.
Autant le jeu d'acteurs (McAcoy incroyable encore), la réal, la musique sont impeccables avec des personnages bien développés, on se retrouve avec un scénario beaucoup trop facile par moments selon moi.
SPOILER : franchement qu'on m'explique comment personne n'a pu voir les déplacements de Mr Glass dans un centre qui est censé être ultra surveillé. Sur ce point là ça use de facilités énormes pour faire avancer l'histoire. Et puis comment on peut laisser des cadres avec du verre dans la chambre d'un gars aussi instable ?
Alors autant certains points de scénario sont vraiment bien pensés, autant l'intervention du "ta g***** le gars (Mr Glass) est intelligent et sait tout faire" handicape vraiment le film.
Donc de très bon points avec une réal parfaite, gâchée par un scénario parcouru de facilités monstrueuses et d'incohérences.
2,5/5

Pour Naughty Dog (ton post a disparu, je sais pas pourquoi) SPOILERRRRRRRRR

Il me semble, qu'au moindre mouvement suspect, sa chambre est inondé, et si il ne s'évade pas durant les interrogatoires, c'est parce qu'il est attaché + des gardes de partout dans la salle de thérapie de groupe (seul moment où il est interrogé en dehors de sa cellule ). Il le capture de nuit, sous la pluie, il me semble au début non ? Je me souviens plus du temps, mais si non, oui sûrement une erreur. Moi j'ai bien aimé cette société, c'est un une police de la pensée, qui élimine ceux pensant être "différent " pour les empêcher de "lobotomiser " les autres et pensant qu'ils sont différent. Oui j'ai bien aimé aussi ce final, rappelant la scène de la gare (en terme de visuel seulement) dans Incassable.

Elle a une attache envers Kevin depuis Split, elle a vu en lui un moyen de se " libérer " de son oncle et de ses horreur, Kevin est comme un grand frère d'un côté... ça reste quand même le gars qu'il a kidnappé, mais elle sait malgré tout qu'il n'y peut rien... que Kevin n'y ai pour rien, le temps d'une scène elle essaye de le faire revenir à la réalité, et la scène de fin est touchante entre elle est lui, sans parler du fait que sur la fin, chaque "héros " à une personne à ses côtés (je sais pas si ça a un sens pour Shyamalan, mais bon).

Oui c'est pour ça que je dit qu'au final, c'est plus un Split 2 qu'un Incassable 2, après le film s'appelle " Glass " donc bon, David Dunn on a déjà eu son parcours dans Incassable, il reste que son fils, en dehors de l'asile, qui tente de raisonner la psy, en vain (comme la Mère de Mr Glass, et la fille en lien avec Kevin).

Je trouve que, malgré que ça ne soit pas Shutter Island ou A cure for life en terme d'ambiance horrifique, rien que de voir ses trois protagonistes dans leur chambre avec des "kryptonites " pour chaque cas, si jamais il déconnerais. Ça me rappelle Split également dans ce côté " huis clos " , les trois protagonistes sont à proximités, comme si c'était " voulu " (peut être pas, peut être c'est une fainéantise du scénario lol)

Les révélations d'après, je ne les ai pas vu venir, que ça soit le père de Kevin qui est dans le même train que David, le fait que toute les caméras mise pour mettre en difficultés Elijha, serve finalement qu'à la réussite de son plan de base, que les trois persos décèdent tous à la fin.

Il me faut un second visionnage !

Je vais voir tous les films en salles avec Bruce Willis depuis 1998 et ARMAGEDDON qui avait bouleversé ma vie que j'avais vu 5 fois en salles tellement il m’avait marqué ! Je collectionne tout sur lui donc j’étais très intéressé par cette suite de 'Incassable' 19ans après et j’ignorais totalement qu’il apparaissait à la fin de Split en 2016 que j’avais pas été voir !
Surtout que ses films sont tous direct DVD ou télé maintenant à part celui il y a 2 étés remake d’un film de vengeance de Charles Bronson qui était formidable mais boudé par le public alors qu’il livrait une excellente prestation dedans !
Pas de Robin Wright dans cette suite qui jouait la femme de Bruce dans Incassable, on la voit en photo et on explique l’absence. Même si les 2h10 sont trop longues et que j’ai failli m’endormir à des moments (mais il faut préciser que j’avais peu dormi cette nuit et que j’avais très mal au bide), cette suite est très réussie, il y a même 2 scènes coupées il y a 19ans qui sont intégrées pour donner d’autres détails sur le fameux train qui déraille,
Le film a comme d’habitude une fin totalement inattendue et un coup de théâtre supplémentaire dans les dernières secondes du film avec une musique majestueuse ! Mais [spoiler]vu le destin des 3 héros à la fin je doute qu'une suite voit le jour à nouveau ![/spoiler]

Très peu de promo pour le film, je n'ai vu aucune interview de Bruce ! Avec ce film il ajoute une très belle pièce à sa filmo !

bon eh bien déception pour ma part.
Après 2 entrées (un chef-d'oeuvre et un très bon film) aux multiples facettes qui revisitaient avec pertinence, originalité,singularité et cohérence les codes des comic books pour les mêler à un monde réel au sein du thriller.

Glass se devait donc d'être une conclusion de cette trilogie aux ambitions thématiques évidentes, en étant la rencontre entre Incassable et Split.

La 1epartie du film est vraiment bonne,attendue certes mais faite avec un grand soin.
On retrouve David Dunn 19 ans plus tard,sur les traces de la Horde qui kidnappe des jeunes femmes pour les offrir à la Bête, et épaulé par son fils (Spencer Treat Clark reprend son rôle de Joseph Dunn 19 ans après, et est une des vraies surprises du film,tant il est bon, crédible et apporte un charme indéniable à chacune de ses apparitions).
Très vite,après une confrontation musclée bien mise en scène, le duo se retrouve dans un hopital psychiatrique, avec Elijah Price, aux mains du Dr Ellie Staple (la géniale Sarah Paulson de American Crime Story et Horror Story) en vue d'une thérapie pour personnes se prenant pour des super-héros.

Autant le dire tout de suite : le reste du film est attendu, malgré une très bonne mise en scène (M. Night Shyamalan offre des moments de fulgurance à intervalles réguliers qui réhaussent pas mal certains passages), toujours une très bonne photo de Mike Gioulakis (It Follows, Under the Silver Lake, Us, Split) ainsi qu'une bande-son de West Dylan Thordson de très bonne facture,qui revient après Split, en employant d'ailleurs à de rares moments les sonorités de James Newton Howard.

Le tout est malheureusement contre-balancé par une écriture vraiment paresseuse à plusieurs niveaux : impossible de croire à cet asile où un seul vigile est présent.
Impossible de croire aux tentatives du Dr Staple quand on connait les personnages (je ne parlerai bien entendu pas des révélations finales, qui apportent paradoxalement une interrogation supplémentaire sur certains personnages et leurs motivations).

Le 2e tiers du film est symptomatique de cela, avec toujours une excellente performance de James McAvoy (qui interprète encore + de personnages,dans des cadres certes moins inspirés et ancrés que dans Split, mais toujours avec un acting qui force le respect), un acting très convaincant de Sarah Paulson et Samuel L. Jackson, et un Bruce Willis assez absent malheureusement.

Les "vilains" du film sont vraiment les moteurs intéressants de la trame, et Shyamalan nous interroge succinctement sur la notion de croyance à un idéal super-héroïque (chose déjà esquissée avec le personnage de Mr Glass auparavant), avant de finalement laisser tomber le tout, pour un 3e acte aux promesses climactiques intéressantes et cohérentes avec le propos de la trilogie.

En résulte une conclusion plaisante, toujours impeccable techniquement (une séquence aquatique prenante renvoyant au film de 2000) mais là encore dotée d'un reversement et d'un twist ending martelé à coups de sabots (dont l'un était déjà une révélation de Split, certes implicite, mais qui perd donc forcément de sa force ici).
A noter l'intégration de séquences flash-backs apportant du corps aux personnages, en particulier une scène coupée inédite de Incassable.

Glass est bien trop explicatif et loin de la sollicitation du spectateur qu'on était en droit d'avoir (le film est très verbeux et camisolé, ne faisant pas grand chose de ses personnages et ne les interrogeant que très peu avant l'introduction d'un certain personnage), avec un final cohérent, mais cruellement mal amené : un comble pour Shyamalan qui jusqu'à présent arrivait à être un maître dans sa manière de divulguer les diverses couches thématiques de ses films.

Si "Glass" reste bas du front et narré avec un je m'en-foutisme assez flagrant globalement (allant même dans la caricature de n'être finalement plus qu'une énième histoire de comic book aux évènements attendus et sans saveur), le tout baigne dans une fabrication impeccable, parfois impersonnelle, mais aux idées distillées et aux fulgurances régulières, lui conférant automatiquement une certaine légitimité et intérêt, ne serait-ce que pour connaître le destin de 3 personnages marquants.

2.5/5

Deuxième choc cinématographique de l'année après " Bienvenue à Marwen ".
Glass est un triomphe visuel, ou la mise en scène de ce grand Shyamalan découle de tout les côtés, l'écriture ne néglige rien, et tout est développé pour que ça soit crédible une fois le moment venu, que ça soit la rencontre entre les trois protagonistes, les dilemmes sur les personnalités de Kevin (James Mac. Avoy quel acteur !), l'association entre Glass et la Bête, le retour de certains protagonistes.. On a vraiment la sensation d'être dans un univers cohérent et travaillé (alors qu'avec tant d'année d'écart entre le Incassable et Glass, les erreurs de continuité aurait pu être légion...)

En seulement 3 films, Monsieur Shyamalan montre qu'il peut talonner le maître étalons dans ce domaine en la personne de Marvel (je n'apprécie pas forcément leur films, mais force et de constater que la ligne de conduite de leur univers depuis 2008 est vraiment leur point fort), je dirais même (mais ça reste personnel), qu'il arrive à les surpasser. Réussir à faire tenir tout ce que le film propose en 2h10, sans faire de gros oublie (du moins dans les éléments les plus important de l'intrigue, c'est fort, et en plus de ça, il respecte parfaitement toute ses thématiques établie avec Incassable et Split !)

Le respect pour ses icônes est évident, chaque entrée en scène est remarquablement filmé et toujours avec la bonne musique en fond, le réalisateur a l'air de s'éclater avec les personnalités de Kevin, tout comme l'acteur d’ailleurs qui accapare un long temps à l'écran (c'est limite plus un Split 2, qu'un Incassable 2), les rencontres et confrontation sont mémorable et puissante (la première m'a mis sur le *** tellement, avec aucun numérique, Shyamalan a réussi à rendre ses deux personnages puissant et imposant, c'est un affrontement de figure type mythologique qui s'offre à nous, et pas besoin d'artifice numérique pour rendre le tout impressionnant, suffit d'une bonne mise en scène.)

L'ambiance est sombre dans cette institue, les plan séquence dans l'Hôpital sont un délice, le travail sur les couleurs est vraiment spécial (cette scène de thérapie de groupe est déjà culte). Le film ne tombe pas dans la violence extrême, c'est pris au sérieux comme il se doit, l'humour ici n'existe quasiment pas (exceptés avec les quelques personnalités farfelu de Kevin) et c'est ce qui fait que, chaque scène potentiellement forte en terme d'enjeux, est crédible.

Troisième acte totalement surprenant, est un dénouement... J'en dirais pas plus.

Épique, une conclusion de haut niveau, pour une fresque héroïque sur le dépassement de soit et sur l'acceptation de soit même, en trois chapitre tout aussi fort les un que les autres, une trilogie qui s'achève avec les honneurs, et offre la meilleur conclusion de trilogie depuis " La planète des singes : Suprématie ". Impatient de le revisionner.

Avec une sobriété qui n'empêche pas une constante inventivité visuelle, Shyamalan offre un final parfois inégal mais ô combien plus ambitieux que la majorité de la production actuelle à ses supers qu'on a attendu, pour 2 d'entre eux, de voir depuis un bon moment.
Sans valoir Incassable (qui reste à mon sens l'un des meilleurs films de super héros jamais fait avec Dark knight, Watchmen et Robocop -qui est en un par bien des aspects si ce n'est le comics), le film est une belle réflexion sur la place du héros, l'adoration qu'il peut générer et une voie d'accès pour parler de foi, de spiritualité, de dépassement de soi, d'humanité que le genre oublie trop souvent désormais au profit des CGI-party destinées à taper le milliard de dollars.
Avare en humour, limité en action (mais toujours très bien mise en scène, avec une iconisation exemplaire de ses persos) mais parfois un peu trop porté dans l'artificialité (plusieurs grosses ficelles, des dialogues un peu surexplicites et longuets à l'occasion), le film reste une déclaration d'amour à tout ce que le genre à de plus noble, subtil et réfléchi.
Le trio d'acteurs, qui ont tous leurs moments de gloire, est excellent, McAvoy en tête, flippant et charismatique à souhait. La partition musicale un rien inquiétante est du plus bel effet et la photo soignée, pour servir une mise en image qui plonge autant dans l'analyse psychologique du rapport aux héros que dans le suspens (mécanique de huis clos oblige, même si le début commence plus en mode thriller urbain).
La fin va diviser, puisqu'elle s'étire un peu, fait un peu dans les grands effets mais propose aussi son lots d'idées et d'audace supérieure à la moyenne. Une fin qui fonctionne finalement très bien avec les thématiques de son auteur même si elle n'est pas le climax monumental qu'on aurait peut-être espéré.

-ce film ne me botte pas des masses car le beau James McAvoy n’est pas assez valorisé physiquement,je le préfère beau gosse alors je zappe.
-et de toute façon je préfère les super héros DC comics avec des effets spéciaux et des super pouvoirs.
-troisième chose Bruce Willis est beaucoup trop violent pour moi je préfère Harry Potter.

remarque:Human Centipede est beaucoup mieux dans le genre.

Mon commentaire a été signalé.

Il ne faut pas être daltonien pour aller voir du Shyamalan lol

Aujourd'hui pour ma part à la séance e 13h45. J'ai trop hâte !

Après l'immondice Aquaman, place à un vrai film de super-héros.

Revu Incassable (définitivement le meilleur film de super-héros qui soit), et Split (et pour ce dernier, je l'ai encore plus aimé que la première fois ! L'écriture des personnalité ainsi que leur traitement, est tellement complexe mais super bien exécuté ! Puis James Mac. Avoy et la jeune Anya Taylor crève tellement l'écran, que toute les scènes entre eux sont du pur bonheur à voir, et bon Dieu cette mise en image.. ) Je suis persuadé que Glass les rejoindra au sommet de la montagne. Tout est la pour en faire un film important dans le domaine " super-héroique " .

Demain matin 11h pour moi ! Je vous ferais part de mon avis dans spoiler ;)

Tellement hâte! Une bouffée d'air frais dans le genre super-héroïque! Incassable est un chef d'oeuvre, Split est très bon! J'attend avec impatience ce dernier volet!

Hâte de le voir celui là !

Demain matin en IMAX, la conclusion de Incassable, 19 ans plus tard, qui aurait cru sans déconner... Le film a l'air esthètiquement dingue.

Loading...