Once Upon a Time… in Hollywood

Once Upon a Time… in Hollywood 2019

COMMENTAIRES

Il faut voir le film comme un hommage à la fin des années 60. Des carrières d'après-guerre qui on vite été oubliées, sur une période révolu ou le style et le système hollywoodien n'avait pas le monopole. Tarantino la fait pour cette raison je pense. Il modifie l'histoire pour faire comprendre que ca reste un film et que c'est pas la réalité...c'est un terrain de jeux. Il y a la nostalgie d'une mentalité inexistante aujourd'hui. Il y avait une liberté, les cascadeurs étaient plus proche des acteurs et la sécurité à évolué du aux événements Manson sur l'accès aux propriétés...ça reste une merveille de plus pour M. Tarantino.

C'est joli a l'image, Brad Pit magistral fait de l'ombre à DiCaprio et porte le film.

Mais c'est d'une prétention sans nom. Tarantino se regarde faire un film une fois de plus.

Truffé de références ultra lourdes laissant croire a qui les relèvera (99% des gens) qu'il est un fin connaisseur du cinéma, mention aux 5, 10, 50 travelings latéraux sauce westerns avec défilement au premier plan.

J'ai été agréablement surpris néanmoins pendant presque tout le film, d’échapper au gore inutile nuisible au scénario et a l'ambiance qui plombe la quasi intégralité des films de Tarantino. Mais non le "WTF" reprends le dessus et enterre un film plutôt agréable jusque là. Mais bon, on m'a fait remarquer que c'est juste la "pâte du maitre" que c'est un "hommage" une énième "référence".

Fun Fact, le film est interdit -12ans en France, déconseillé -16 ou -18 dans le reste du monde... Pour une séquence, et un plan insoutenable pour qui n'a pas été biberonné au gore Coréen de la fin 90.

Pulp Fiction est un chef d’œuvre en partie grâce à la chance selon moi (vu comment le film est conçu) mais laissait exploser le talent déja présent de Reservoir Dogs. Inglorious Bastards m'a presque fait oublier Kill Bill, le film étant objectivement bon, bien que je n'ai pas trop aimé.
Mais les Huit Salopards déjà prétentieux aurait du me mettre la puce à l'oreille, j'aurais du m'écouter sortir avant la fin de Once Upon A Time, en garder un souvenir correct pour m'éviter les joutes verbales avec les inconditionnels.

Par pitié ne me sortez pas le fameux "tu n'a pas compris c'est pour ça" j'ai saisi les ref et les symboles comme tout le monde merci.

Encore plus savoureux au second visionnage. Ce film est décidemment une merveille (peut-être un zest trop long pour la scène de Brad au ranch).

la reprise de Calfornia Dreamin dans ce film est juste exceptionnelle je viens de la retrouver sur Youtube quel plaisir d'écouter ce son.

Tarantino il a vraiment ce don de sublimer ses films avec des sons hors du commun.

Super film ! Je n’ai pas compris l’accueil assez froid qu’il a reçu par le public français.

Film énorme... casting énorme.... Tarantino définitivement dans la legende

Des longueurs, mais un duo formidablement bien exploité par Tarantino. Et des séquences qui marquent toujours autant, dont tu souviens longtemps (damned ce final !) Ce n'est pas mon film préféré du monsieur, mais j'ai vraiment bien aimé.

Brad Pitt encore utilisé pour sont physique... Il n'en a pas besoin sinon Leonardo tire clairement sont épingle du jeu avec une super performance. Meme si les 60' sont représentés à merveille je ne suis pas rentré dans le delire de Tarantino. Le drame de Tate ne m'intéresse pas plus que ca pareil pour l'histoire de Manson. Il n'y a pas le petit truc que me procure RD et Pulp Fiction.

Clairement pas mon Tarantino préféré, mais j'ai quand même apprécié cette plongée dans le Hollywood des années 60.
Pour certains Di Caprio cabotine durant toute la durée du film, mais j'ai plutôt apprécié cette façon de casser son image. Et cette manière de brouiller les pistes avec son personnage (acteur râté ou pas ?).
Il n'y a que le traitement réservé au personnage de Bruce Lee qui m'a déplu.

Brad Pitt et Leonardo Di Caprio forment un épatant attelage dans cette plongée fantasmée dans le Hollywood de 1969. Le second, un acteur de seconde zone, joue les durs à l'écran, mais le vrai héros est le premier, cascadeur et homme de l'ombre, qui corrige les hippies du film. La reconstitution est pleine de panache. Dommage que chemin faisant, Tarantino règle ses comptes avec une certaine mauvaise foi (la scène avec Bruce Lee) et persiste, comme d'habitude, à vouloir utiliser la violence pour réparer les torts de la réalité (la fin). Nonobstant, une réussite. Voir ma critique et mon analyse complètes sur Newstrum : https://newstrum.wordpress....

Sympa le casting de Allocine, qui indique que Émile Hirsh à le premier rôle 😂

Une ode au cinéma réalisé, joué et regardé...
Une lettre d'amour a ce métier écrite réalisée par l'un des meilleurs. Un très bel hommage au cinéma des années 60, et a Sharon Tate.
Quentin Tarantino me régale comme toujours, fidèle a lui même malgré un film plus sentimental, espérons que ce ne sois pas le dernier...

Qui est l'actrice auto-stopeuse ? Elle est sacrément mignonne 😍

Ça fait un mois qu'il est sorti et j'y pense toujours👀.
J'ai hâte qu'il figure dans ma collec' de DVD :)

Loading...