Douleur et gloire

Douleur et gloire 2019

COMMENTAIRES

Cette lumineuse œuvre cathartique nous offre une flamboyante mise en abyme autobiographique sans tabous. Pedro Almodovar met intimement son âme à nu dans cette éblouissante autofiction qui narre la perdition mentale et corporelle d'un cinéaste dépressif à l'anatomie malade, ne trouvant plus les ressources pour exercer le métier qui le rend si heureux. Le réalisateur livre une sublime mise en scène, où dès la première scène sous la ligne de flottaison intime (dans un liquide amniotique...), le cinéaste nous plonge avec lui dans ses souvenirs d'enfance, lorsque les femmes le dos courbé lavent le linge dans la rivière gorgée de soleil, où sur le dos de sa mère Salvador profite de la ruralité avec l'innocence enfantine, comme quand la vie est encore un long fleuve tranquille...La subtile narration s'appuie sur les nombreux soubresauts intemporels pour habilement féconder le récit du long chemin de traverses, jusqu'au retour au vrai sens de la vie, pour un homme démuni vitalement d'un corps cicatrisé de la soixantaine qui se perd dans des substances illusoires. La mélancolique narration labyrinthique ne cesse de jouer avec les coïncidences heureuses de la vie : une rétrospective remet à l'honneur "Sabor' un film emblématique de sa carrière, un texte personnel joué au théâtre engendre les retrouvailles avec son plus bel amour, un tableau portrait de lui enfant redécouvert...Ces astucieuses coïncidences si filmographiques permettent de nourrir l'émouvante introspection intime. Ils relient de manière décousue mais solide le fil de sa vie, entre l'enfance des années 60 dans la caverne avec sa maman et ses premiers émois envers le maçon dont il s'occupe de lui apprendre à lire, écrire et calculer, son âge adulte pendant la Movida artistique et de ses amours des années 80, jusqu'aux douleurs physiques et angoisses créatrices d'aujourd'hui. Un parcours mémoriel chaotique où la lumière du cinéma irrigue l'instinct de vie, qui évoque le chef-d'œuvre Huit et demi (1963) de Federico Fellini avec une liberté de tons et de couleurs propre à Pedro Almodovar. Cette généreuse œuvre mature très précise s'appuie avec intelligence sur l'incarnation sensible d'Antonio Banderas (dans son plus beau rôle à l'écran), en véritable alter ego du cinéaste à l'écran : de la coupe de cheveux arborée, aux vêtements portés et propres objets et mobiliers utilisés pour interpréter avec émotions ce réalisateur à la source de vie tarie. Un gracieux long métrage qui permet de retrouver également la touchante Pénélope Cruz, l'adorable Asier Flores (Salvador enfant) et les impeccables Cécilia Roth et Asier Etxeandia notamment, accompagnés par la splendide bande musicale composée par le fidèle Alberto Iglesias. Venez retrouver la puissance émotionnelle du brillant réalisateur ibérique pour accompagner ce parcours de retour vers la flamme entre Douleur et gloire. Superbe. Doux. Étourdissant. Bouleversant.

Très bon film 👏à voir absolument

Écrire un commentaire

Qué película... magnifique.

Pédro méritait sa palme, mais le jury a préféré à la mélancolie espagnole l'efficacité et le mordant coréen.

Peut être le film le plus touchant de son cinéaste étant donné qu'il s'agit de son plus personnel. Almodovar offre à Banderas le plus beau rôle de sa carrière. Ls plus belles larmes de ce Cannes 2019. Le prix d'interprétation est incontestable.

Grandiose ce film, le meilleur Almodovar pour moi avec Volver. Photographie, acteurs, histoire, c'est du grand art, c'est personnel et très touchant, un vrai bijou.

Prix d'interprétation masculine à Cannes pour Banderas

1000 fois mérité, ptet sa meilleure performance ever pour moi !

Trois ans après son dernier film, Pablo Almodovar nous livre son auto fiction très touchante.

Ma critique : https://eyriolapassiongamin...

magnifique réalisation , mise en scène jeu d'acteurs mais pour un public averti car le rythme est vraiment lent et peut ne pas convenir à tous.

le dernier tiers m'a quasi bouleversé

franchement on est pas loin du chef-d'oeuvre, quel plaisir de voir Almodovar dans un film aussi personnel et touchant, qui constitue en quelque sorte son testament

qu'on remette un Prix d'interprétation masculine illico à Banderas, peut-être la meilleure performance de sa carrière en avatar du cinéaste

ça faisait quelques années que son cinéma était un peu en-dessous du reste, mais Douleur et Gloire n'est ni plus ni moins qu'un grand film <3

Un très beau film, touchant et intime. Ma critique: https://www.cinematiccritiq...

Novice du cinéaste, j'ai trouvé ça fort (alors que le film est très juste niveau émotion, on est jamais dans la surenchère), le casting est brillant, en particulier Antonio Banderas qui crève l'écran (justesse est le maître mot, que ça soit pour le film, où le casting, où l'écriture). J'aurais des réserves sur certains passage durant l'enfance de Salvador enfin, durant la reproduction cinématographique de cette enfance (excellent twist de fin d'ailleurs), notamment avec le maçon et l'enfant, j''étais mal à l'aise de voir un enfant, regardant un homme à poil (ce dernier faisant exprès de ce mettre dans cette état qui plus est, es-ce que ça a un sens métaphorique derrière cette vision ? Aucune idée)

Je vais jeter un œil au reste de la filmographie du cinéaste.

Bon, ben j'imagine que c'est plié : Almodovar est un immense cinéaste, dont la carrière n'a jusqu'ici jamais été récompensée par la Palme d'or... Vu que ce film semble faire l'unanimité critique (à chaud, certes...) pour être SON chef d’œuvre, je suppose que le suspense pour savoir qui aura la Palme cette année sera faible ;p

vivement vendredi !

le sujet ne me branche pas trop,
mais je ne peux manquer un film d'Almodovar
+ Banderas er Cruz
à voir en version originale

J'adore Almodovar, tous ses films, ses acteurs, son cinéma, tout ! Alors que je n'aime pas Woody Allen ... c'est grave docteur ... ?

Pedro, je t'aime. Quelques images, une musique, je suis déjà conquise.

Ça sent la compétition officielle pour Cannes 2019 !

Penelope Cruz dans un film d'Almodovar, ça a toujours le don de me teaser :)

Loading...